“Les possibilités à l’âge adulte”

  • En collaboration avec RODITSA Mauricie
  • Lieu accessible : Hôtel Énergie, 1100 Promenade Du St Maurice, Shawinigan, Québec G9N 1L8
    • Entrée par l’arrière accessible pour les personnes en fauteuil roulant et transports adaptés
  • Hébergement : des blocs de chambres sont disponibles à l’Hôtel Énergie et l’Hôtel Marineau pour l’évènement, écrivez-nous pour avoir le code de réservation (Places limitées)
  • Événement gratuit
  • Date limite pour vous inscrire : 10 septembre 2024

3 OCTOBRE 2024 

JOURNÉE RÉSERVÉE EXCLUSIVEMENT AUX ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA SQDI ET LES PERSONNES QUI Y SONT AFFILIÉES

Cette journée est une occasion d’échanger avec les organisations membres de la SQDI mais aussi avec l’équipe de la SQDI sur les différents dossiers.

  • 14h – 16h – Kiosques tenus par des associations membres de la SQDI
  • 16h – 18h – Activité conviviale et bouchées (Places limitées)

* Les personnes affiliées sont les personnes qui ont une déficience intellectuelle et leurs proches que les organisations membres desservent.

Je m’inscris pour le 3 octobre

4 OCTOBRE 2024

OUVERT À TOUT LE MONDE

  • 8h00 – Arrivée des personnes participantes 
  • 8h45 – Mot d’ouverture  
  • 9h20 – 10h45 – Ateliers – Bloc 1 
  • 10h50 – 12h15 – Ateliers – Bloc 2 
  • 12h30 – 13h15 – Dîner 
  • 13h30 – 15h30 – Ateliers – Bloc 3 
  • 15h15 – 15h45 – Activité de clôture 

Je m’inscris pour le 4 octobre


Consultez la programmation ci-dessous

BLOC 1 : 9h20 à 10h45 

Atelier 1Atelier 2Atelier 3Atelier 4Atelier 5

Atelier 1 : Projet droits – Jeu-quiz sur les droits au logement et ses enjeux vécus par les personnes ayant une déficience intellectuelle avec ou sans autisme.

Descriptif : Le projet Droits consiste en l’organisation d’un rassemblement par et pour nos membres ayant une déficience intellectuelle, invitant plusieurs organismes en DI au Québec à se rencontrer pour socialiser, festoyer et échanger sur les droits des personnes ayant une DI. Les membres ont ciblé plus particulièrement les droits au logement.

Conférencières et conférenciers : Myriam Turcotte et plusieurs membres du projet droits de Rêvanous

Biographies : 

 

Les membres du projet droits sont des personnes engagées et impliquées à leur 110%. Il s’agit d’un groupe d’environ 12 personnes s’étant réunies 1 à 2 fois par mois, depuis plus d’un an sans baisser les bras ! Le projet est né d’un partenariat avec les membres du Parrainage Civique de Montréal. Le groupe aime rire, mais sait aussi être sérieux lorsque nécessaire. Le collectif a travaillé ensemble, à la fois en grand groupe et en comités. Il a fait preuve de collaboration et d’entraide. Du monde partant, motivé à s’entraider et parti sur une belle lancée. Les membres ont beaucoup d’amour les uns pour les autres, Rêvanous est comme une deuxième famille.

Atelier 2 : Embauche inclusive au Québec : état de la situation, perspectives de développement et régionalisation

Descriptif :

L’embauche inclusive en déficience intellectuelle et autisme au Québec est en plein développement. La conférence regroupera trois personnes qui présenteront l’état de la situation, les perspectives de développement dans le milieu, ainsi que les opportunités de régionalisation des pratiques en embauche inclusive.

Samuel Ragot, candidat au doctorat à l’école de travail sociale de l’Université McGill, présentera les résultats d’une étude de cas réalisée auprès de quatre organisations de différentes régions du Québec. Les facteurs facilitants, les obstacles et les perspectives de développement de l’embauche inclusive seront présentés.
 
Olma Soulaiman, coordonnatrice du programme Prêts, disponibles et capables (PDC) présentera le modèle du programme et son impact dans l’écosystème de l’emploi en déficience intellectuelle et autisme au Québec.

Pierre-Étienne Alliaume, Conseiller à la régionalisation du programme PDC, présentera l’expérience de la décentralisation du programme et détaillera les impacts positifs et les possibilités de développement de ce modèle.

Enfin, Samuel Ragot clôturera la conférence avec un aperçu du mémoire commun des organisations provinciales en lien avec la future Stratégie nationale pour l’intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées.

Conférencières et conférenciers : Samuel Ragot, Olma Soulaiman, Pierre-Etienne Alliaume

Biographies :

 

Samuel Ragot est étudiant au doctorat à l’École de travail social de l’Université McGill et œuvre comme analyste sénior aux politiques publiques et conseiller à la défense des droits à la Société québécoise de la déficience intellectuelle. Au fil de son travail, Samuel a travaillé sur des législations majeures dans la province, telles que la réforme des systèmes de régimes de protection des personnes inaptes ou encore la création et l’implantation du Programme de revenu de base. Politologue de formation (UQAM) et ayant suivi une formation de cycles supérieurs en bioéthique (UdeM), Samuel s’intéresse aux programmes de soutien financier aux personnes en situation de handicap au Canada. L’objectif est d’identifier un ensemble de meilleures pratiques et d’options de politiques publiques afin de réformer ces programmes afin de favoriser l’inclusion et la participation économique des personnes en situation de handicap.

 

Olma Soulaiman a un baccalauréat en psychologie et sociologie. Elle a construit sa carrière autour de l’interaction humaine et de l’analyse des besoins individuels. Elle a réussi en ressources humaines (recrutement), intervention communautaire et relation d’aide, travaillant avec des personnes judiciarisées, des personnes ayant une déficience intellectuelle et des élèves en difficulté. Elle est maintenant coordonnatrice du programme national Prêts, disponibles et capables (PDC) qui existe maintenant depuis plusieurs années et a largement fait ses preuves.

 

Après des études supérieures en gestion et finance, Pierre Étienne Alliaume a exercé pendant 20 ans dans le développement d’affaires de systèmes industriels automatisés. Depuis 10 ans dans un cheminement personnel orienté sur la conscience et la connaissance de soi, Pierre-Etienne a rejoint le domaine de la déficience intellectuelle et de l’autisme en milieu communautaire. Il coordonne aujourd’hui le projet pilote de régionalisation au Québec du programme PDC pour le compte de la SQDI.

Atelier 3 : Reconnaitre et valoriser les diversités multiples

Descriptif : Cet atelier invite les participant·e·s à une réflexion personnelle et collective sur les enjeux de la diversité. Partant des expériences vécues des participant·e·s, cet atelier ouvre la discussion afin de reconnaitre l’influence et l’importance de la diversité dans chaque milieu.
En créant un espace bienveillant, les formateur·trice·s incitent à se conscientiser sur les effets de nos préjugés sur nos décisions et nos interactions. Au fil de mises en situations, la formation partage la pertinence d’instaurer des pratiques inclusives. À l’aide d’exercices collaboratifs, les participant·e·s mobilisent leur empathie afin de développer des outils et des stratégies d’inclusion. Ainsi, les participant·e·s sont mené·e·s à enrichir leur souplesse de pensée afin de créer un environnement inclusif et respectueux. 

Conférencières et conférenciers : Dupré Latour (elle), Jean-Philippe Audet, de l’organisme Ensemble pour le respect et la diversité 

Biographies :

 

L’organisme Ensemble pour le respect et la diversité s’inspire de la philosophie des droits de la personne, il défend les valeurs universelles et inaliénables de liberté, d’égalité et de justice. Sa mission est de promouvoir le respect des différences. Il offre des formations pour les jeunes et les adultes. Son travail d’éducation et de sensibilisation favorise une prise de conscience de la part des individu·e·s quant à leur responsabilité face aux différentes formes de discrimination dans leur milieu (racisme, sexisme, homophobie, transphobie, intimidation, capacitisme, etc.).

Atelier 4 : Soutenir les adultes ayant une déficience intellectuelle dans leur vie affective et amoureuse

Descriptif : Chaque personne a besoin de sentir qu’il a un groupe d’appartenance et des relations significatives. Cela ne fait pas exception chez les personnes qui présentent une différence. En utilisant une approche systémique et autodéterminée, il est possible de s’outiller afin de mieux soutenir les adultes ayant une déficience intellectuelle dans leur vie affective et amoureuse et d’aborder le sujet sous un angle positif.

Conférencière : Elodie Goulet

Biographie :

Elodie Goulet est conseillère clinique à l’ADI-TSA et œuvre en intervention depuis plus de 6 ans. Candidate à la maîtrise en psychoéducation, elle fait présentement son mémoire sur la question des agressions sexuelles et les manifestations associées au suicide en DI-TSA.

 

Atelier 5 : La Coalition solidarité santé : 33 ans d’engagement pour un système de santé public, gratuit et universel.

Descriptif : La conférence de la Coalition solidarité santé portera sur la mission de la Coalition de défendre le réseau public de santé et des services sociaux, sa gratuité, son accessibilité et son universalité, défendant ainsi le droit à la santé garanti par la Loi canadienne sur la santé. Nous aborderons nos principaux véhicules de mobilisation et d’action, ainsi que nos grands dossiers et les valeurs véhiculées dans nos manifestes. Nous souhaitons également profiter de ce moment pour recueillir les commentaires des participants au Grand rendez-vous de la DI quant à leurs préoccupations lors de leurs interactions avec le réseau.

Conférencière :  Sophie Verdon

Biographie : 

 

Sophie Verdon est coordonnatrice de la Coalition solidarité santé depuis 2021. Elle cumule plusieurs années d’expérience en gestion de projet, en coordination et en animation. Elle s’intéresse particulièrement aux enjeux d’accessibilité du système de santé et des services sociaux et à l’importance cruciale des déterminants sociaux de la santé, notamment l’environnement. Elle souhaite une société juste, féministe et progressiste.

 

BLOC 2 : 10h50 à 12h15 

Atelier 6Atelier 7Atelier 8Atelier 9Atelier 10

Atelier 6 : La formation en assistance à la médiation artistique des participants de la Gang à Rambrou

Descriptif : Au-delà de leur pratique artistique en arts visuels et en arts de la scène, nous avons observé l’engagement spontané de bon nombre de nos participants pour différentes fonctions utiles qui contribuent à la réussite de nos activités. Cela nous a conduits à développer depuis plus de 2 ans un projet concernant la formation en assistance à la médiation artistique des participants de la Gang à Rambrou. Par la mise en place d’une proposition de formation systématique visant à développer ce qui se manifestait spontanément, nous voulons orienter l’organisme vers un fonctionnement inclusif et coopératif. Nous offrons aux participants des opportunités de plus en plus nombreuses d’obtenir une rémunération lors de nos interventions à l’extérieur pour de la médiation artistique, des prestations publiques, des conférences, des colloques et des cours universitaires… Cette action de formation est soutenue par le Service aux collectivités de l’UQAM qui a mis à disposition le professeur Jean Horvais pour l’initier.

Conférencières et conférenciers : Suzanne Beaulieu de la Gang à Rambrou et Jean Horvais

Biographies :

 

Suzanne Beaulieu est la directrice fondatrice de la Gang à Rambrou.

 

Jean Horvais est professeur au département éducation et formations spécialisées à l’UQAM. Il accompagne par de la recherche et de la formation les projets de la Gang à Rambrou.

Plusieurs personnes participantes de La Gang a Rambrou qui est un organisme offrant des ateliers en arts de la scène et en arts visuels aux personnes vivant avec une déficience intellectuelle.

 

Atelier 7 : Venez découvrir une programmation en loisirs inspirante comprenant des aspects du rôle social actif.  

Descriptif : Comment apporter de la nouveauté à une programmation qui peut devenir répétitive à long terme ? Cet atelier vous permettra de découvrir des méthodes de programmation inspirantes qui feront progresser les personnes présentant une déficience intellectuelle.

Conférencier : Stephan Marcoux, directeur général, Pleins Rayons

Biographie :  

Stephan Marcoux détient un baccalauréat en loisirs thérapeutique et est instigateur du concept du rôle social actif. Il possède plus de 40 ans d’expérience dans le domaine de la déficience intellectuelle. Il est le co-fondateur de l’organisme Pleins Rayons comptant plus de 24 projets d’économie sociale pour offrir des services de qualité afin que les individus cheminent vers un rôle social actif ou une embauche inclusive dans sa région.

Atelier 8 : Les violences conjugales et sexuelles faites aux femmes ayant une déficience intellectuelle : mieux connaître pour mieux soutenir.  

Descriptif :

Le CALACS de Châteaugay abordera les spécificités de la violence sexuelle commise envers les femmes vivant avec une déficience intellectuelle, les barrières, ainsi que les bonnes pratiques à avoir face à un dévoilement d’agression sexuelle.

Le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violences conjugales (RMFVVC) présentera des ressources et des outils en langage simplifié qui peuvent soutenir les femmes ayant une déficience intellectuelle à comprendre ce qu’elles vivent.

Conférencières : Jade Mathieu du CALACS de Châteaugay et Louise Lafortune du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violences conjugales (RMFVVC)

Biographies :

Jade Mathieu
Le CALACS Châteauguay est un organisme communautaire autonome, militant, féministe et non-raciste qui travaille à enrayer la violence sexuelle depuis 1979. Sa mission est d’offrir de l’aide et de l’accompagnement aux femmes agressées sexuellement (12 ans et plus) et à leurs proches, dans le respect de leurs valeurs, peu importe leur origine ethnoculturelle, religieuse, leur orientation sexuelle ou leurs capacités intellectuelles ou physiques. Il travaille aussi à informer et à sensibiliser la population à la problématique, ainsi qu’à lutter pour des changements sociaux et politiques en matière de droits des victimes d’agression sexuelle. Jade Mathieu est intervenante au CALACS Châteauguay depuis plus de 10 ans, et dans le domaine de l’intervention en violence depuis 2008. Dans les dernières années, elle a développé une expertise en intervention auprès des femmes vivant avec une déficience intellectuelle victimes de violence sexuelle.

Louise Lafortune est coordonnatrice des dossiers liés à l’intervention et la problématique au Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale depuis novembre 2014. Elle travaille depuis plus de trente ans dans les milieux communautaires, dans les secteurs de la défense collective des droits, de l’organisation communautaire et des organisations féministes. Elle détient une formation universitaire en administration des affaires et a occupé des postes de gestion, de coordination, de formation. Elle possède une vaste expérience en éducation des adultes, notamment en éducation populaire autonome.

Atelier 9 : Les droits des usagers et usagères au Québec dans les ressources intermédiaires et de type familial (RI-RTF)

Descriptif : La conférence précisera les droits des usagers et usagères au Québec, la façon dont ces droits s’appliquent en RI-RTF et les recours qui s’offrent aux personnes résidant dans ces ressources lorsque leurs droits ne sont pas respectés. La conférence s’appuiera sur le savoir expérientiel des centres d’assistance et d’accompagnement aux plaintes (CAAP) qui assistent depuis plus de 30 ans les personnes souhaitant effectuer une plainte en santé.

Conférencières et conférenciers : Marie Gagnon et Maxe F. Giguère de la Fédération des centres d’assistance et d’accompagnement aux plaintes 

Biographies :

Marie Gagnon est détentrice d’un baccalauréat et d’une maitrise en service social de l’Université Laval. Après avoir travaillé quelques années en recherche au Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS), elle fait le saut dans la fonction publique québécoise en travaillant à l’Office des personnes handicapées du Québec, au ministère de la Santé et des Services sociaux puis au CIUSSS de la Capitale-Nationale. Elle a notamment été impliquée dans la réalisation de la Politique nationale pour les personnes proches aidantes et du plan d’action qui en découle. Elle travaille maintenant comme conseillère aux partenariats stratégiques à la Fédération des centres d’assistance et d’accompagnement aux plaintes (FCAAP).

Maxe F. Giguère est titulaire d’une maîtrise en philosophie de la santé et étudie actuellement au doctorat en santé publique et communautaire. Ses recherches académiques portent sur l’équité en santé et abordent des thématiques telles que l’accès aux soins reproductifs, l’histoire de la militance en santé et la participation patiente. L’analyse des politiques publiques touchant aux droits en santé compte parmi ses fonctions à la Fédération des centres d’assistance et d’accompagnement aux plaintes (FCAAP). .

Atelier 10 : Création de réseaux d’entraide pour enrichir les possibilités à l’âge adulte : comment s’y prendre?

Descriptif : Mobiliser un réseau d’entraide au-delà des familles et des intervenants autour de personnes ayant une DI peut enrichir leurs possibilités à l’âge adulte. Comment créer de tels réseaux afin qu’ils répondent aux besoins et préférences de tous les acteurs impliqués et qu’ils soient durables dans le temps ? C’est ce dont il sera question au cours de l’atelier. L’atelier débutera avec une présentation des résultats obtenus dans le cadre d’un projet de recherche sur le développement de réseaux d’entraide associés à des appartements supervisés. La présentation sera suivie d’une période de réflexion et d’échanges au sujet du développement de réseaux d’entraide, peu importe le milieu résidentiel.

Conférencière: Justine Marcotte

Biographie :

Ergothérapeute de formation, Justine Marcotte est candidate au doctorat en santé communautaire à l’Université Laval sous la direction de Marie Grandisson et de Sophie Dupéré. Ses intérêts de recherche portent sur la création d’environnements favorables à la participation d’adolescents et d’adultes autistes ou présentant une déficience intellectuelle. Dans le cadre de son projet doctoral, elle s’est intéressée au développement de réseaux d’entraide associés à des appartements supervisés en collaboration avec le Phare des Îles (Îles-de-la-Madeleine), les Habitations Marie-Clarisse (Québec) et J’ai mon appart’ (Shawinigan). Justine est également auxiliaire de recherche pour le Laboratoire de recherche Communautés Inclusives du Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (Cirris).

 

BLOC 3 : 13h30 à 15h00 

Atelier 11Atelier 12Atelier 13Atelier 14Atelier 15

Atelier 11 : Les Habitations Marie-Clarisse, habitation inclusive en mixité sociale

Descriptif : Les personnes vivant avec une déficience intellectuelle ou les personnes autistes ayant le potentiel d’être autonomes en logement ont de la difficulté à trouver des logements de qualité, inclusifs, adéquats pour leurs besoins et à prix raisonnable. Par la création ou la participation à la création de milieux de vie, l’AISQ permet à ceux-ci d’être locataires dans des habitations inclusives offrant une mixité sociale de type communautaire. Ainsi, du soutien individuel et collectif approprié et des stratégies d’inclusion sont offerts pour le mieux-être de l’ensemble des occupants. 

Conférenciers : Carl Morneau et Gilles Beaulé, Directeur général de l’AISQ 

Biographies :

Carl Morneau
« C’est n’est pas parce qu’on vit avec une DI qu’on ne peut rien faire. J’ai le droit de prendre ma place ! », affirme avec conviction Carl Morneau. Pleinement engagé au cœur de sa communauté, Carl est vice-président au conseil d’administration du Mouvement Personne d’Abord du Québec métropolitain et administrateur à celui de l’Association pour l’intégration sociale de la région de Québec. Ardent défenseur des droits et intérêts des personnes vivant avec une déficience intellectuelle, Carl Morneau est fier locataire depuis deux ans aux Habitations Marie-Clarisse et partage généreusement son expérience personnelle pour encourager et aider ses pairs.

Gilles Beaulé
Possédant une longue feuille de route comme gestionnaire dans la fonction publique québécoise, Gilles a eu un coup de cœur pour la mission et les actions de l’Association pour l’intégration sociale de la région de Québec (AISQ). Directeur général de l’AISQ depuis maintenant cinq ans, Gilles est derrière le déploiement de services novateurs comme le Répit spécialisé à domicile, visant à alléger la charge des proches aidants et le service Habitation et milieux de vie, créant une place de choix aux personnes ayant une déficience intellectuelle ou personnes autistes au sein de logements autonomes en mixité sociale, au cœur de leur communauté.

Atelier 12 : Trucs et astuces pour accueillir et supporter une personne vivant avec une déficience intellectuelle au sein d’un conseil d’administration.

Descriptif : Une personne adulte vivant avec une déficience intellectuelle développe souvent un grand sentiment d’appartenance pour un organisme communautaire dont il est membre. Il est bien valorisant pour ce dernier de siéger sur le conseil d’administration de “son” organisme. Il est d’autant plus pertinent, pour l’organisme, qu’un membre ait un espace décisionnel pour parler de ses attentes et des besoins de ses pairs.
La Fédération des Mouvements Personne d’Abord du Québec et les MPDA ont développé au cours des années des trucs simples et efficaces afin que l’expérience soit positive tant pour la personne que pour l’organisme :
      - Des formations adaptées sur les rôles et les responsabilités d’un administrateur.
      - Des modèles d’ordre du jour et de procès-verbaux imagés et dont l’accessibilité a été validée auprès des personnes concernées.
      - Des modèles de cahier de prise de note pour aider à mieux comprendre les enjeux discutés et pour rester alerte dans une rencontre.
      - Des bonnes pratiques telles que toujours utiliser le même ordre dans une rencontre et les mêmes images, valider la compréhension de la personne après chaque point, limiter le nombre de points à un ordre du jour, et plusieurs autres pratiques développées au fil du temps qui fonctionnent bien.

Conférencières et conférencier : Nathalie Ladouceur, Mégane Éthier, Sylvie Monette et Olivier Villeneuve du Mouvements Personne d’Abord

Biographies

Nathalie Ladouceur est présidente du Mouvement Personne d’Abord de Laval depuis plus de 18 ans et elle est secrétaire de la Fédération des MPDA du Québec depuis 4 ans. Nathalie a beaucoup d’expérience de représentation sur plusieurs groupes de travail. Elle est reconnue pour son grand leadership afin de reconnaître et de nommer les problématiques de compréhension lors des rencontres de travail.

Mégane Éthier (Mouvement Personne d’Abord de Saint Eustache) est une jeune adulte qui a pour projet de vie de développer des compétences en communication. Elle excelle et adore aller en milieu scolaire pour sensibiliser les futurs intervenants sur la déficience intellectuelle. Nous avons eu l’occasion de la voir dans une vidéo conçue par la SQDI concernant la réalité de l’utilisation au quotidien du transport adapté pour les usagers et comme conférencière lors de la première édition du Grand rendez-vous de la déficience intellectuelle.

Sylvie Monette siège au Conseil d’administration du Mouvement Personne d’Abord de Saint-Jérôme depuis plus de 8 ans. Elle est toujours motivée pour aller parler de sa vie bien remplie et de sa réalité quotidienne. Nous avons eu la chance de la voir dans une courte vidéo réalisée par la SQDI dans le cadre d’une formation sur la déficience intellectuelle.

Atelier 13 : Atelier participatif, planifier son futur pour mieux anticiper les changements 

Descriptif : Les personnes vieillissantes avec une déficience intellectuelle vivent souvent des périodes de transition dans lesquelles elles doivent s’adapter à des changements susceptibles de bouleverser leur vie. Afin de faciliter ces transitions, le Projet ReVie a développé le Cahier de vie, un outil permettant de raconter sa vie afin de faciliter les communications lors de périodes de transitions. Dans le cadre de cette présentation, nous présenterons cet outil à l’aide d’un atelier participatif portant sur la planification du futur.

Conférencière : Karyann Pilon, Coordinatrice du projet Revie

Biographie : 

Karyann Pilon a développé un intérêt pour les thématiques du handicap et de l’inclusion dans le cadre de son projet de mémoire portant sur le design et l’accessibilité. À titre de coordonatrice du projet ReVie, elle réfléchit aux enjeux liés au handicap dans une perspective intersectionnelle. Son rôle est de promouvoir le vieillissement actif et digne des personnes personnes autistes et/ou avec une déficience intellectuelle. Pour y arriver, elle met en place une démarche concertée avec les personnes personnes autistes et/ou avec une déficience intellectuelle et leur entourage.

Atelier 14 : Parlons d’argent !

Descriptif : Bienvenue à cet atelier « Parlons d’argent! ». Il sera question de briser la glace sur un sujet souvent entouré de silence et de tabous : l’argent. Préparez-vous pour un échange interactif, enrichissant, et surtout, agrémenté d’une touche d’humour pour détendre l’atmosphère et faciliter les échanges.
Objectifs de l’atelier
1. Démystifier les discussions sur l’argent : comprendre pourquoi l’argent reste un sujet tabou et comment nous pouvons commencer à en parler ouvertement et sans gêne afin de favoriser l’autonomie.
2. Aborder les vulnérabilités financières : examiner les défis spécifiques que rencontrent les personnes ayant une DI en matière de finance et l’impact sur l’autonomisation
3. Proposer des solutions pratiques : partager des conseils, des ressources, et des stratégies pour améliorer la gestion financière personnelle et familiale.

Conférencière : Pascale Pilon, directrice générale de Finautonome

Biographie : 

Pascale Pilon est directrice générale de Finautonome depuis 2 ans. C’est une communicatrice de formation qui s’exprime simplement et qui a le talent d’interagir avec l’assistance pour partager un contenu sur les bases de l’éducation financière avec une touche d’humour. Elle présente des conférences dynamiques qui permettent de semer des pistes à explorer pour développer l’autodétermination financière.

Atelier 15 : Quand polyhandicap rime avec autodétermination : nos voix partagées pour faciliter une meilleure action quotidienne

Descriptif : L’autodétermination reste un concept encore peu re(connu) par les proches et les intervenants côtoyant les personnes présentant un polyhandicap. Pourtant, celles-ci ont un potentiel d’autodétermination et plusieurs stratégies quotidiennes peuvent être mises de l’avant pour soutenir le développement de leurs capacités. Cet atelier sera mené en trois temps. La première activité visera à définir l’autodétermination pour les personnes présentant un polyhandicap. La deuxième activité permettra de proposer différentes stratégies pour soutenir le développement des capacités d’autodétermination de celles-ci. Finalement, la troisième activité contribuera à cibler les priorités d’action dans l’accompagnement des personnes présentant un polyhandicap, de leur famille et de leurs intervenants. 

Conférencières : Camille Gauthier-Boudreault et Marie-Jane Robitaille

Biographies

Camille Gauthier-Boudreault est ergothérapeute, professeure au département d’ergothérapie de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) et chercheuse au sein de la Chaire Autodétermination et Handicap. Elle est également sœur d’une personne présentant une déficience intellectuelle profonde. Ses intérêts de recherche ciblent notamment l’autodétermination et l’inclusion sociale des personnes présentant un polyhandicap, le soutien à offrir à leur famille ainsi que les transitions de vie qu’elles auront à vivre.

Marie-Jane Robitaille est étudiante à la maîtrise en ergothérapie à l’UQTR. Elle réalise également un certificat d’intervention en déficience intellectuelle à l’Université de Montréal. Elle travaille comme assistante de recherche auprès de Pre Gauthier-Boudreault pour ses projets sur l’autodétermination.

Les contributions volontaires sous forme de don fait à la Société québécoise de la déficience intellectuelle sont bienvenues. Merci pour votre engagement !

Faire un don