09 septembre 2017

OFFICE DES PERSONNES HANDICAPÉES DU QUÉBEC (2017). Évaluation de l’efficacité de la politique gouvernementale À part entière : pour un véritable exercice du droit à l’égalité : rapport synthèse sur les activités permettant de vivre à domicile, l’habitation, les communications et les déplacements (accès aux transports et accessibilité des bâtiments et des lieux publics).

Sortie à la fin de l’année scolaire (20 juin 2017), l’Évaluation de l’efficacité de la politique gouvernementale « À part entière : pour un véritable exercice du droit à l’égalité » n’a pas fait grand bruit dans les médias. Le fait qu’elle mène à jeter un œil sévère sur ce qu’il y avait à observer explique peut-être ce silence relatif.

Trois questions devaient, initialement, guider l’évaluation :

  1. La politique est-elle mise en œuvre?
  2. La politique a-t-elle contribué à réduire les principaux obstacles à la participation sociale des personnes handicapées?
  3. Les résultats attendus de la politique sont-ils atteints?

Or aucune de ces questions ne trouve de réponses claires à l’intérieur du rapport synthèse. En lieu et place, on retrouve d’abord une recension des  principaux obstacles rencontrés lors de la mise en place de la politique, puis une liste des recommandations censées permettre d’obtenir des avancées significatives en lien avec les activités permettant de vivre à domicile, l’habitation, les communications et les déplacements. Ce déplacement d’une évaluation de politique vers un bilan critique peut étonner. Les auteurs s’en défendent ainsi : «Bien que cette étape des travaux puisse sembler plus subjective que les autres analyses et résultats présentés dans les quatre rapports détaillés, il faut rappeler que le but d’une évaluation n’est pas simplement de produire des données scientifiques, mais de réduire l’incertitude et d’aider à la prise de décisions cohérentes. En ce sens, cette démarche a été choisie afin de s’assurer d’émettre les recommandations les plus pertinentes et ayant un potentiel d’impact élevé pour la suite de la mise en oeuvre de la politique.» (OPHQ, 2017, p.71)

Notre réaction face au rapport déposé ne peut être neutre, l’AQIS ayant été pleinement engagée dans la production de cette parole « subjective ». Aussi et de notre point de vue, ce déplacement d’un organisme public (l’OPHQ) vers un langage (vers une méthodologie, aussi) plus  impliqué socialement qu’il ne l’est à l’habitude ne peut que nous enchanter. Aussi espérons-nous que le potentiel d’impact attaché à des recommandations qui nous sont chères soit partagé collectivement, mais surtout qu’il influe réellement sur la mise en œuvre d’« À part entière ». Parmi ces recommandations, notons : Francis Dubois et Christian Guay (2009). Stratégies et modalités d’évaluation de la politique gouvernementale À part entière : pour un véritable exercice du droit à l’égalité. Présentation au colloque de la Société québécoise d’évaluation de programme. 23 octobre 2009. Office des personnes handicapées du Québec.