14 octobre 2020

La Société québécoise de la déficience intellectuelle a la grande tristesse d’apprendre le départ de Sœur Gisèle Fortier. Celle qui avait dédié sa vie au mieux-être des personnes les plus démunies, et en particulier celles ayant une déficience intellectuelle, est partie dans la paix à l’âge vénérable de 94 ans, après une vie pleine et riche. Nous adressons à sa famille et à ses proches ainsi qu’à sa congrégation, toutes nos sympathies en les assurant que son legs ne s’éteindra pas.  

C’est en 1945 qu’elle se joint aux Petites Franciscaines de Marie (P.F.M), congrégation religieuse dévouée à l’action sociale dont la mission l’interpelle fortement. Gestionnaire habile et pragmatique elle a notamment dirigé l’Hôpital Sainte-Anne de Baie-Saint-Paul. 

Dès sa création il y a bientôt 70 ans, la Société québécoise de la déficience intellectuelle (auparavant l’AQIS), a pu compter sur son soutien. Son engagement comme membre du conseil d’administration, recherchiste et conseillère est animé par sa détermination à faire progresser la cause des personnes ayant une déficience intellectuelle et leur famille. 

En 1980, elle obtient l’autorisation de la Supérieure générale de sa congrégation de se consacrer entièrement à la cause qui l’habite. Depuis ce temps, elle a agi comme membre de l’Institut québécois de la déficience intellectuelle et a mené de nombreuses campagnes, en plus d’avoir permis à l’association de passer des moments critiques grâce au soutien financier de la congrégation des P.F.M. 

Au sein de la Société, elle a veillé à la mise en place du concept de la valorisation des rôles sociaux, en réalisant des programmes d’intégration communautaire. Pour cela, elle a mis l’accent sur la formation des professionnels, notamment par le biais du partage de l’expertise des parents de personnes vivant avec une déficience intellectuelle. Par son dynamisme et son implication multiple, Sœur Gisèle a permis que les approches soient beaucoup plus adaptées aux besoins de ces personnes. 

Après son départ de la Société, Sœur Gisèle Fortier est restée une source d’inspiration et d’engagement dans l’accomplissement de la mission de la Société québécoise de la déficience intellectuelle.Si sa mort est une grande peine, nous savons que son legs et son inspiration resteront longtemps avec nous, d’autant plus qu’une salle porte son nom dans les murs de la Société. Quoi de mieux pour garder un souvenir vivace, que la vision quotidienne de son nom sur les murs de notre bâtiment ?

Sœur Gisèle fait partie des fondations de la Société, et elle le restera.