24 Février 2022

Pourquoi le rôle social actif?

Introduire un nouveau concept dans la discussion sur la participation sociale n’est pas une chose facile. Toutefois, il semble actuellement manquer de concepts afin de bien comprendre ce qu’est une participation sociale réellement inclusive et profitant tant aux personnes qu’à la collectivité en général. C’est pourquoi il est proposé de développer le concept du « rôle social actif ».

Le rôle social actif est une des composantes de la participation sociale réellement inclusive. Elle vient en fait préciser des éléments des concepts de « participation sociale » et d’ « inclusion » tels que compris dans le champ des études du handicap. En en faisant une composante sine qua non de l’inclusion et de la participation sociale, l’idée de rôle social actif permet de préciser qualitativement ces deux concepts.

À cet effet, le rôle social actif est un concept clé afin d’élaborer et de mettre en œuvre des programmes destinés aux adultes de 21 ans et plus présentant une déficience intellectuelle. Contrairement aux activités relativement peu stimulantes qui sont parfois considérées comme des formes de participation sociale ou d’inclusion (en majorité les activités de « maintien des acquis » et les activités purement occupationnelles), le rôle social actif vise à réellement inclure les personnes au sein de leur communauté et à leur donner un rôle à part entière dans la vie sociale et économique. Il ne s’agit pas forcément de travail salarié, mais cette forme de participation sociale doit mener à une mobilisation au sein de la communauté.

Critères du rôle social actif

Les critères permettant l’atteinte d’un rôle social actif sont de trois ordres différents. Ils sont résumés ci-dessous :

  1. Agentivité : l’agentivité est la faculté d’action, la capacité à agir sur le monde. Le rôle social actif est donc par définition une forme active de participation sociale dans laquelle les personnes sont en mouvement et en action réelle et ne sont pas passives.
  2. Engagement direct dans la communauté : dans son rôle social actif, la personne pas uniquement située dans la communauté, elle interagit avec le reste de la communauté. Dans cette dynamique la personne est notamment aidante au lieu d’être seulement aidée. Il s’agit d’une relation gagnant-gagnant.
  3. Impacts sur la personne et sur la communauté : le rôle social actif a des impacts positifs, réels, concrets et profonds sur la personne et la communauté dans laquelle elle évolue.

Impacts visés

Le but ultime du rôle social actif est d’avoir un impact positif tant sur les personnes qui jouent un rôle social actif, que sur la communauté dans laquelle ils évoluent. À cet effet, voici les impacts que le rôle social actif pourrait avoir.

Impacts sur la personne qui occupe un rôle social actif dans le contexte de services aux adultes de 21 ans et plus :

  • Développement et renforcement de l’autonomie et de l’autodétermination : le rôle social actif vise à permettre aux personnes de renforcer leur capacité de faire des choix et de s’accomplir selon leurs préférences et volontés.
  • Renforcement et acquisition d’aptitudes sociales et professionnelles : le rôle social actif étant engagé dans le service à la communauté, il vise à permettre aux personnes de renforcer et d’acquérir de nouvelles aptitudes sociales et professionnelles, ce qui pourrait les mener vers une embauche inclusive à terme.
  • Développement de l’estime de soi et du sentiment d’appartenance à la communauté : le rôle social actif vise à renforcer l’estime de soi des personnes ainsi que leur sentiment d’appartenance à la communauté, au fil des expériences de participation sociale et de travail.

Impacts sur la communauté :

  • Sensibilisation et découverte de la diversité dans la communauté : la présence et les actions des personnes jouant un rôle social actif au sein de la communauté visent à renforcer l’inclusion à terme, tant pour les personnes en situation de handicap que pour d’autres populations marginalisées.
  • Aide la communauté : le fait d’avoir des personnes jouant un rôle social actif dans la communauté permet de répondre à des besoins qui ne seraient autrement pas pris en compte, par exemple le soutien aux aînés ou le soutien à l’économie locale.
  • Impact économique à terme : le renforcement et l’acquisition de compétences sociales et professionnelles par le biais du rôle social actif devraient permettre d’avoir des impacts économiques positifs. Lorsque les gens travaillent et sont inclus économiquement, ils contribuent à l’effort collectif, et ne sont plus dépendants de programmes d’aide tels que l’aide sociale ou la solidarité sociale.

Le rôle social actif se définit donc comme une participation active, pertinente et en interaction avec la communauté. L’impact de cette participation est concret et génère des échanges mutuels qui sont positifs pour tous les membres de la communauté.

Limites du concept

Introduire un nouveau concept vient avec son lot d’enjeux et de défis, et il est certain que des personnes trouveront des failles dans les critères et impacts visés. Ceci est normal et souhaitable. Le concept devra évoluer et vivre en fonction qu’il sera utilisé, testé et éprouvé.

Par ailleurs, le fait d’introduire le concept de rôle social actif ne signifie pas que tous les programmes de maintien des acquis ou occupationnels sont mauvais, ou encore que toutes les personnes puissent jouer un rôle social actif en tout temps. Il importe de respecter les besoins et désirs de chacun. Toutefois, la majorité des personnes ayant des activités de participation sociale actuellement pourraient faire bien plus et développer leur potentiel. Il faut leur permettre de ce faire et se donner les moyens de faire mieux.

Conclusion

 Le rôle social actif devrait être la pierre angulaire sur laquelle les programmes destinés aux adultes de 21 ans et plus s’appuient afin d’offrir des activités réellement inclusives et permettant aux personnes d’acquérir de nouvelles compétences, mais aussi un sentiment d’accomplissement.

Enfin, il est clair que l’impact positif sur la communauté pourrait, à terme, être un garant d’une plus grande forme d’inclusion sociale pour toutes et tous, et non seulement pour les personnes en situation de handicap.

 

Par Samuel Ragot et Stéphan Marcoux.